"Le château de Madrid fut délaissé par les Bourbons aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il tombait en ruine à la veille de la Révolution. En 1787, un arrêt du Conseil signé de Louis XVI ordonna qu'il serait vendu en vue d'être démoli, conjointement avec plusieurs autres domaines dont le château de la Muette, le château de Vincennes et le château de Blois. Le château de Madrid fut adjugé le 27 mars 1792 à une société d'entrepreneurs de démolition qui le payèrent en assignats. Il n'en subsiste plus aujourd'hui qu'un chapiteau de pierre et trois fragments de faïence conservés aux musées de Sèvres et d'Écouen." (source wikipedia)

Si le château est connu par de nombreuses gravures, les représentations les plus précises et les plus belles sont l'oeuvre de Jacques Androuet du Cerceau (mi XVI ème), dans son ouvrage le plus célèbre, les "plus excellens Bastiments de France".

Pour plus de renseignements, cf. Monique Châtenet, Le château de Madrid au bois de Boulogne, Paris, Éditions Picard, Collection De Architectura, 1987 – ISBN 2-7084-0336-2

Si je vous parle aujourd'hui de ce monument peu connu, ce n'est pas pour faire l'éloge d'un certain candidat, quelle idée ! C'est que je viens de découvrir sur le web un merveilleux site de l'université de Tours reproduisant le livre d'Androuet du Cerceau. Merci et bravo à ces universitaires pour ce travail de salut public. J'ai récemment signalé la disponibilité sur un site japonais de l'Architecture Françoise de J.F. Blondel.