. . . . . . . . . . . . un blog conservateur parmi tant d'autres . . . . . . . . . . .

samedi 25 août 2007

Cathophobie et vandalisme à Laon

Comment ne pas voir dans ce magnifique Christ aux liens XVI ème de l'abbatiale St Martin de Laon, qui nous "fait un doigt" malséan le résultat d'une mutilation volontaire ?



A en croire les nombreuses inscriptions au feutre dans la dernière chapelle gauche de la cathédrale, diversement insultantes ou débiles, la jeunesse de Laon est bien capable de cette manière de vandalisme aussi stupide que vaine, qui fait de l'animal un être plus civilisé que l'homme. A l'image peut être de leurs aieuls, qui infligèrent au patrimoine sculpté de cette ville de l'Aisne un coup fatal - comme l'illustrent les portails de la cathédrale, qu'il fut nécessaire de restaurer totalement au XIX ème siècle.

Je vous recommande pourtant absolument la visite de cette ville, l'une des plus belles de France, et la plus riche en monuments historiques (pratiquement 90 sur une colline de la taille d'un arrondissement parisien). Un patrimoine menacé d'ailleurs par le manque de crédits et la déchéance économique qui frappe cette petite bourgade de province comme beaucoup d'autres.


dimanche 19 août 2007

Les martyrs des pontons de Rochefort (1794-1795)

Parmi les saints du jour, hier samedi 18 août, les martyrs des pontons de Rochefort. Le site l'Evangile au quotidien nous en apprend plus :

" Ces hommes étaient rayés du livre de la République, on m'avait dit de les faire mourir sans bruit... " Capitaine Laly, du ponton "Les deux Associés".

" Il s'agit là d'un des épisodes les plus tragiques de l'histoire religieuse de la Révolution française"

La déportation sur les pontons de Rochefort a concerné 829 prêtres, dont 547 ont péri d'avril 1794 aux premières semaines de 1795.

(Lire la suite...)

mardi 14 août 2007

Jeremy Bentham et la révolution française

" Cruel is the judge,” says Lord Bacon, “who, in order to enable himself to torture men, applies torture to the law.” Still more cruel is the anarchist, who, for the purpose of effecting the subversion of the laws themselves, as well as the massacre of the legislators, tortures not only the words of the law, but the very vitals of the language. "

in A critical observation of the declaration of Rights, Jeremy Bentham, 1792

(traduction personnelle : "Cruel est le juge, qui pour rendre possible la torture des hommes, va jusqu'à torturer la Loi elle-même", dit Lord Bacon. Plus cruel encore est l'anarchiste, qui pour détourner les lois, et massacrer les législateurs, torture non seulement le sens des lois, mais le langage lui-même")

Le philosophe utilitariste et "athéiste" Jeremy Bentham, quoique partisan de la révolution de 1789, écrivit néanmoins une critique au vitriol de la déclaration des droits de l'homme.

Dans cette citation, il pose une question fondamentale : comment une période de Non Droit peut elle fonder la Liberté ? Ou bien l' Ordre. Ou même la Propriété privée, pourtant l'une des obsessions des concepteurs de la révolution française dont l'un des objets principaux - et peut être la réalisation la plus évidente (*) - fut l'accaparement des biens des ordres religieux - une fortune considérable en termes simplement immobiliers.

Il ne s'agit pas de porter un jugement sur les conséquences de la révolution française, bonnes et mauvaises, directes et indirectes, telle que nous pouvons les vivre aujourd'hui, mais de juger la période elle-même. Rarement un "régime" se drapa-t-il autant de grands mots, tout en violant simultanément ses propres principes.


(Lire la suite...)

lundi 13 août 2007

Vague de vandalisme au Louvre et à Versailles

Le site La Tribune de l'Art nous signale plusieurs actes de vandalisme ou de destructions fortuites causées par les bousculades, le trop-plein de visiteurs, et les comportements cavaliers.

Quand l'Etat cessera-t-il de considérer le patrimoine comme une vache-à-lait que l'on doit traire jusqu'à épuisement ? Il est grand temps de repenser notre approche des musées, et certainement pas dans le sens du laxisme, fut-il qualifié d' "accès de tous à la culture" pour reprendre les termes de Mr. Sarkozy. Et dire que certains voudraient établir la gratuité !!


vendredi 10 août 2007

Roland Recht : " L'Etat s'empare du patrimoine pour le monnayer "

Sur Canal Académie, l'excellent Roland Recht, historien d'art et professeur au Collège de France, nous explique l' OPA du monde politique et financier sur le patrimoine. Un processus de fond qui sape les bases du système de conservation et de recherche en histoire de l'art établi depuis le XIX ème siècle. Le temporel s'empare du symbolique pour le monnayer, après l'avoir vidé de son contenu symbolique. Roland Recht souligne que des projets comme le "Louvre Abu Dhabi" foulent au pied les règles de sécurité et de conservation appliquées jusqu'à présent aux oeuvres de notre patrimoine. Mais que pèsent de telles règles face à la perspective d'un énorme chèque de l'émir ?

La prise de pouvoir du politique sur le patrimoine et sur la direction des musées, manifestée entre autre par l'arrivée d'énarques gestionnaires à la place des conservateurs scientifiques, contient deux risques :

  • la mort potentielle de la recherche en histoire de l'art (déjà très faible en France), qui serait désormais soumise à des impératifs politiques voire médiatique, dont je vous laisse deviner les orientations (métissage et cie)
  • la lente destruction d'oeuvres fragiles réduites à un statut itinérant par des impératifs de turn-over et de rentabilité.

On rappelle que suite à la publication d'une tribune dénoncant le "Louvre Abu Dhabi", ses auteurs éminents, Françoise Cachin, Jean Clair et Roland Recht ont été sanctionnés administrativement, et exclus du comité de direction des musées de France par la précédente administration Chirac et son ministre Donnedieu de Vabres. En forme de protestation, d'autres membres de ce comité comme le grand Pierre Rosenberg ont jeté l'éponge. Occasion pour l'appareil de les remplacer par des énarques obnubilés par le fric sans aucune considération pour le plan symbolique.

Je conseille la lecture de deux ouvrages de Roland Recht, "A quoi sert l'histoire de l'art" chez Textuel ainsi que l'excellent "Le Croire et le Voir - l'art des cathédrales XII - XV ème s." chez Flammarion, un livre plutôt difficile d'accès.

NB : le dernier quart de l'émission est consacré à la "religion de la créativité" dans l'enseignement de l'art aux enfants. Du vitriol anti-68 à déguster.


mardi 7 août 2007

Catholicisme et idolâtrie

Les ennemis du catholicisme nous accusent volontiers d'idolâtrie, et cela en raison du rôle des images et des reliques dans notre religion. La prétendue-réforme utilisa cet argument avec une telle véhémence que l'on assista à la destruction de milliers de peintures, statues, reliquaires et pièces d'orfèvrerie, un vandalisme "iconoclaste" au sens strict bien peu connu et bien peu rappelé par l'histoire officielle pour qui il n'y a de coupables que catholiques.

Les mises en garde n'ont pourtant jamais cessé. Si idolâtrie il y avait, c'était dans certaines expressions de la foi populaire issues directement du paganisme. En 1025 le synode d'Arras expliquait le rôle des "ymages", et la première d'entre elle, le Crucifix :

" Pendant qu'ils vénèrent cette figure, le Christ élevé sur la croix, le Christ souffrant sur la croix, le Christ mourrant sur la croix, ils adorent le Christ seulement et non pas un ouvrage fait de main d'homme. Ce n'est pas un tronc de bois qu'on adore, mais l'âme a l'intérieur de l'homme est réveillée par cette image visible qui inscrit dans les fibres du coeur la Passion du Christ et la mort qu' Il a affrontée pour nous si bien que chacun peut reconnaître en soi-même combien il doit à son rédempteur. "


lundi 6 août 2007

Vélib et la muséification de Paris

Démarrage en fanfare pour Vélib, le service de vélo collectiviste de la mairie de Paris. Oui mais ... les chiffres bruts peuvent se révéler trompeurs. On peut tirer quelques enseignements empiriques.

D'une part, les jours froids et pluvieux, comme aujourd'hui, le succès des vélos est nettement moins évident. (plus de la moitié des vélos restent au piquet).

D'autre part une bonne partie des utilisateurs sont des touristes étrangers. L'utilisation du vélo se fait pour eux au détriment des transports en commun, qui sont sinistrés en ce mois d'août en raison des délais d'attente excessifs. Se baladant dans Paris à un rythme de sénateur, sans comprendre certaines règles de la circulation parisienne, et sans grand respect pour les autres utilisateurs, ces touristes illustrent la menace de muséification de la capitale. Il n'est pas normal que les citoyens productifs soient ralentis dans leurs déplacements par de touristes ramollis et généralement peu dépensiers. Engagée dans un combat idéologique pour redistribuer la circulation parisienne, la mairie n'a probablement pas pris la mesure des inconvénients résultant d'un lâcher de milliers de touristes à vélo dans les rues de notre ville, au détriment de tous les autres usagers sans exception.


RIP : Jean-Marie Lustiger (1926-2007)


Aimable et discret, voire mystérieux. Un prélat digne et d'une rare intelligence, qui aura aidé l'Eglise a traverser une période difficile. Nul doute qu'il nous manque déjà : dans l'agitation suscitée par le motu proprio, que nous aurions eu besoin de son avis posé et de sa douce voix !

Merci.


jeudi 2 août 2007

La révolution vue par les neurosciences

" l'agitation pré-révolutionnaire a servi à réactiver les instincts inhibés "

" la régression de l'humanité pendant la révolution représente une levée des inhibitions de la civilisation (allant jusqu'au cannibalisme) "

in Les arts et l'équilibre mental par le Dr. Minh Dung Louis Nghiem


Un monument chrétien profané - pas de réactions

Le mémorial du milliard français, un monument à la mémoire des victimes innocentes de l'avortement, se voit profané, dans l'indifférence générale. Où sont-il, ces journalistes de télé ou ces ministres qui se déplacent pour un tag sur une mosquée ou une sépulture juive ?

C'est pourtant une forme bien paisible d'action, que ce mémorial. Constitue-t-il un obstacle physique à la "liberté d'avorter" ? Diable, non. Heurte-t-il les convictions d'autrui ? Non plus. Par ses références religieuses, il ne s'adresse finalement qu'à ceux qui y croient. Alors, quid des adeptes de Voltaire ? Où sont-ils, ceux-là qui prétendent mourir pour nous permettre de nous exprimer face à la censure ? Tout cela n'est finalement que boniment. La religion sans dieu du progressisme ne tolère aucune expression critique. De même que les prétendues-Lumières aboutirent à une régression de la liberté - atteignant son climax pendant la parenthèse noire de 1793-1802 pendant laquelle le culte catholique fut tout bonnement interdit, le progressisme avorteur ne veut laisser aucun espace de liberté à ses opposants, ni d'expression, ni d'opinion.

Après tout, si l'avortement est affaire privée et "droit individuel", alors pourquoi l'opposition à l'avortement ne serait-elle pas respectée au même titre ?

source : l'univers via e-deo