. . . . . . . . . . . . un blog conservateur parmi tant d'autres . . . . . . . . . . .

mercredi 30 avril 2008

Il faut soutenir Sylvain Gouguenheim !

Nous apprenons sous la plume d'Yves Daoudal (via le Salon Beige) que l'historien Sylvain Gouguenheim, auteur du livre choc, "D'ARISTOTE AU MONT SAINT-MICHEL. LES RACINES GRECQUES DE L'EUROPE CHRÉTIENNE" est attaqué de toute part. Son livre, que nous avons salué puisqu'il rejoint un thème de réflexion de ce blog, participe à remettre en cause la thèse officielle de l'Histoire-au-service-de-la-politique sur l'origine islamique de nos savoirs.

Une poignée de professeurs de l'Ecole Normale Supérieure Lettres et sciences humaines (ENS LSH) lance donc dans Télérama une véritable fatwa aussi brouillonne qu'obscurantiste, puisque, plus que le fond de l'ouvrage, c'est l'utilisation de son argumentaire par des "groupes xénophobes et islamophobes qui s’expriment ouvertement sur internet" qui réveille nos vieux crypto-communistes dhimmisés.

Et les vieux ringards de réclamer, je cite "une enquête informatique approfondie sur les points évoqués plus haut" - autrement dit, une censure d'Internet. Quel progressisme !

Que la gauche est tombée bas ... Elle qui prétend incarner la liberté, l'ouverture, la tolérance, ne sait plus aujourd'hui s'exprimer que par "fatwas", sentences, censure, intimidations. Il ne s'agit, vous le savez évidemment, que d'un faux paradoxe. La gauche ne doit son règne sur les institutions intellectuelles de notre pays qu'à un féroce terrorisme, intellectuel mais aussi physique avec son cortège de violences tout à fait réelles.

Il faut soutenir Mr. Gouguenheim : achetez son livre, offrez le, recommandez le !

D'Aristote au Mont-Saint-Michel : Les racines grecques de l'Europe chrétienne


lundi 28 avril 2008

" le marxisme est une ruse de la modernité " et autres bonnes sentences

" les mouvements que l'on croyait anti-religieux n'étaient pas anti-religieux, c'étaient des religions de subsitution, des succédanés de religion. "

" A l'aune du plus inhumain des siècles, il est clair qu'à choisir entre les religions constituées et religions improvisées, à voir l'état des charniers, il vallait mieux choisir les premières même si on avait des reproches à leur faire. "

" Le Dieu que nous voyons à l'oeuvre en politique aujourd'hui, à travers tous les "ismes", n'est pas le Dieu des révélations, ce n'est même pas le Dieu des sagesses, c'est le Dieu des Lumières, c'est la face noire des Lumières, le Dieu assassin dont le nazisme et le communisme ont été les prémices. "

" Il y a (aux Etats-Unis) une puissance religieuse à l'oeuvre qui épate l'Europe désarmée, l'Europe défunte, l' Europe fatiguée d'être. "

" le marxisme est une ruse de la modernité pour détruire les sociétés les plus traditionnelles qui auraient mieux résisté à l'emprise de l'argent. "

" Chez certains, la détestation légitime du communisme est devenue la haine viscérale d'un peuple et d'un pays (Russie) "

" L' homme atomisé va à son suicide car il est incapable de reconnaitre son double démoniaque. "

Si l'une de ces idées vous apparaît excellente, écoutez donc l'interview de Jean-François Colosimo proposée par F. Remercions vivement F pour cette excellente découverte, mais comme le titre de son billet pouvait laisser penser qu'on ne parlerait que de Russie, ou que de littérature, je me permets d'insister.

Mr. Colosimo y aborde plusieurs sujets qui me sont chers :

  • Nous continuons à payer les conséquences désastreuses des prétendues-Lumières.
  • l'Occident refuse de reconnaître le christianisme oriental qui l'a enfanté. En France en particulier, ce mépris s'étend à l'orthodoxie, et explique en partie nos folles théories sur la "transmission des savoirs" au Moyen-Age au travers du "déni de Byzance" ; la négation du christianisme oriental nous entraînant immanquablement au contresens historique et à l'absurdité de notre politique étrangère.


samedi 26 avril 2008

Jean-François Colosimo au pays de Dostoïevski


Livre : l'Apocalypse russe : Dieu au pays de Dostoïevski
Comment, dès 1917, le monastère des Solovki, orgueil de l'empire tsariste, est-il devenu le premier camp d'extermination de l'Union soviétique ? Comment le nihilisme, le terrorisme; le totalitarisme sont-ils apparus dans la Sainte Russie des ermites, ... ? Comment fait on une révolution prolétarienne dans un pays qui n'en a pas?... Excellente intervention de Jean-François Colosimo dans le cadre "des Jeudis" de la très bonne librairie La Procure. Bonne écoute (Durée : 55 minutes environ qui méritent le détour)

F

jeudi 24 avril 2008

Après le réchauffement climatique, une nouvelle période glaciaire ?

A lire, un article très intéressant signalé par l'ami Woland, sur les cycles solaires. On oublie, astucieusement, de rappeler ce qu'on enseigne pourtant aux enfants : la terre traverse actuellement une ère glaciaire. Ces ères sont divisées en périodes glaciaires, de grand froid, et en périodes interglaciaires, de réchauffement. Si nous n'étions pas dans une période interglacaire, nous pourrions aller en ski de fond de Paris à Londres, ou, si vous préférez, l'Eurostar serait monté sur patins. Notre période inter-glaciaire actuelle, l'Holocène, a débuté il y a 11 000 ans.

Or, nous signale l'astronaute et géophysicien Phil Chapman, le cycle solaire donne des signes inquiétants. Tôt ou tard, mais probablement pas de notre vivant, la terre devra affronter une nouvelle glaciation, aux effets désastreux. En particulier l'effondrement des rendements agricoles dans un contexte de population humaine d'une ampleur jamais atteinte.

Je ne me prononcerais pas sur la valeur scientifique de l'article, qui m'échappe. En outre, il faut prendre garde de ne pas tirer une conclusion sur quelques années d'observations. Toutefois il est bon de garder en tête ces données fondamentales :

  • le soleil joue un rôle majeur sur le climat
  • le climat de la terre subit des cycles et nous devons nous attendre à une glaciation, que ce soit dans 100, 1000 ou 10000 ans
  • la concentration de CO2 a toujours accompagné les mouvements naturels de température, comme le montre ce graphique qui concerne le pléistocène. selon les scientifiques, c'est la variation des températures qui fait varier le taux de CO2. la relation inverse n'a pas été démontrée en dehors de la théorie de l'effet de serre, qui est, comme son nom l'indique, une théorie.

Prenons un instant, for the sake of the argument, le contrepieds de la théorie dominante : si une glaciation devait survenir, que pourrions-nous faire pour sauver l'humanité ? En effet, c'est un mythe auquel il convient de tordre le coup : à aucun moment la planète n'est menacée ! C'est l' écosystème actuel, que nous voudrions permanent, contre toute logique scientifique, qui est éventuellement menacé. La planète en a vu d'autres !

extrait de l'article :

All four agencies that track Earth's temperature (the Hadley Climate Research Unit in Britain, the NASA Goddard Institute for Space Studies in New York, the Christy group at the University of Alabama, and Remote Sensing Systems Inc in California) report that it cooled by about 0.7C in 2007. This is the fastest temperature change in the instrumental record and it puts us back where we were in 1930. If the temperature does not soon recover, we will have to conclude that global warming is over.

There is also plenty of anecdotal evidence that 2007 was exceptionally cold. It snowed in Baghdad for the first time in centuries, the winter in China was simply terrible and the extent of Antarctic sea ice in the austral winter was the greatest on record since James Cook discovered the place in 1770.

It is generally not possible to draw conclusions about climatic trends from events in a single year, so I would normally dismiss this cold snap as transient, pending what happens in the next few years.

This is where SOHO comes in. The sunspot number follows a cycle of somewhat variable length, averaging 11 years. The most recent minimum was in March last year. The new cycle, No.24, was supposed to start soon after that, with a gradual build-up in sunspot numbers.

It didn't happen. The first sunspot appeared in January this year and lasted only two days. A tiny spot appeared last Monday but vanished within 24 hours. Another little spot appeared this Monday. Pray that there will be many more, and soon.

The reason this matters is that there is a close correlation between variations in the sunspot cycle and Earth's climate. The previous time a cycle was delayed like this was in the Dalton Minimum, an especially cold period that lasted several decades from 1790.

Northern winters became ferocious: in particular, the rout of Napoleon's Grand Army during the retreat from Moscow in 1812 was at least partly due to the lack of sunspots.

That the rapid temperature decline in 2007 coincided with the failure of cycle No.24 to begin on schedule is not proof of a causal connection but it is cause for concern.


jeudi 10 avril 2008

La révolte des "bataillons ethniques", selon Benjamin Stora

Connaissez vous la chronique de Benjamin Stora sur France Culture ? Récemment, ce monsieur nous annoncait fièrement, la larme à l'oeil, que 2007 était la dernière victoire électorale de la droite, car bientôt les nouveaux bataillons ethniques "renverseraient définitivement les équilibres". Aujourd'hui, monsieur Stora voulait nous mettre en garde : rester dans l'esprit de mai 68, ce n'est pas une question de commémoration, mais de mobilisation. Il faudrait selon lui insuffler aux minorités ethniques et aux précaires (dont les fameux migrants que la gauche a créé pour son usage politique personnel), le goût de la contestation des ordres établis, en particulier de l' "ordre ethnique", en s'inspirant, selon Mr. Stora, des mouvements de "décolonisation". (??!?)

Est-il nécessaire de rappeler comment ont fini les petits prophètes poudrés des salons de 1788, ces momies libre-pensantes et parcheminées professant de fausses lumières à l'abri de leur lambris dorés, et ces catins philosophantes de la bonne société cachant sous leur giron des pamphlets libertaires ? La plupart ont rendu leur misérable existence la chemise en sang sur l'échafaud ou au fond d'un caniveau, massacrés à coups de piques par les "outils" même qu'ils prétendaient manier, et dont le contrôle avait échappé à tous. Prenez-y garde, Mr. Stora ... vous fûtes obligés de quitter votre Algérie natale pour sauver votre petite vie ? Vos "protégés" pourraient bien se rappeler un jour qu'ils vous avaient déjà chassés de "chez eux".

A tous ceux enfin qui auraient besoin d'un éclairage, la pensée de Mr. Stora illustre à merveille, si j'ose dire, que l' immigration de masse est un outil inventé par l'extrême-gauche pour faire sauter la société européenne, et la détruire. Aucun humanisme là dedans, bien au contraire : ce discours sue la haine. Ce n'est pas la liberté que Mr. Stora et toute cette clique germanopratine invoquent et appellent, mais le sang !


Catholicisme de combat : la gloire des Jésuites

J'amende le titre de ma série sur l' "intolérance protestante", qui m'a valu une grave remarque de Julius, tout en restant fidèle à ma ligne : redresser la vérité, et illustrer la tradition de combat que l'Eglise portait jusqu'au siècle dernier, avant de devenir un "truc médiatique".

Reprenons le cours de l'histoire des persécutions dans l'Angleterre protestante :

" Le Pape avait chargé les Jésuites de préparer ces missionnaires à la controverse et à la mort ; car les Jésuites avaient déjà fait leurs preuves. Quand on leur avait annoncé que la première mission allait partir pour l'Angleterre, beaucoup d'entre eux s'étaient jetés aux pieds de leur supérieur, en lui demandant, les larmes aux yeux, la faveur d'être choisis. Le P. Edmond Campion se distingua entre tous par son éloquence, sa puissance de séduction, son intrépidité. ; longtemps insaisissable, il fut livré par un traître, et, après avoir défendu sa foi jusqu'au milieu des tortures, il mourut en priant pour la reine. "


mardi 8 avril 2008

Intolérance protestante : l'Angleterre d' Elizabeth

On sait quel sort le cinéma anglo-américain réserve souvent à l'église catholique, parée de tous les vices et de tous les crimes. Récemment, il fallu subir la fiction pseudo-historique " Elizabeth ", avec Cate Blanchett. Relisons, avec Emile Mâle, quelques lignes de cette triste histoire, cette fois bien réelle :

A Rome, à deux pas du Palais Farnèse, presque en face de Saint-Jérome-de-la-Charité, où saint philippe de Néri créa l'oratoire, s'élèvent le collège des anglais et sa chapelle dédiée à saint Thomas de Cantorbéry, l'archevêque martyr. Dans cette ville chargée de souvenirs, il en est peu d'aussi pathétique que ceux qu'éveille cet antique séminaire. C'est là qu'au XVI ème siècle se préparaient les jeunes missionnaires qui devaient reconquérir l'Angleterre à la foi catholique. Les premiers s'étaient formés à Douai, puis à Reims, mais en 1579, le pape Grégoire XIII, désirant les avoir plus près de lui, leur ouvrit cette maison. On y entrait pour se préparer au martyre ; car, en Angleterre, sous Elizabeth, le prêtre catholique qui était surpris au moment où il célébrait la messe était voué à la mort. Il devait s'attendre à être emprisonné à la tour de Londres, soumis à la torture, traîné sur la claie jusqu'à Tiburn, et coupé en quartiers par la main du bourreau. Ceux à qui l'on voulait arracher des aveux étaient pliés en deux et comprimés jusqu'au sang dans un cercle de fer qui se resserrait peu à peu. Cet instrument de torture, célèbre en Angleterre, s'appelait du nom de son inventeur, " la fille de Scavinger ".


Le défilé de la honte !!

Cela pourrait être le titre d'un article de Libé sur la Marche pour la Vie. Mais non, juste une façon d'attirer votre attention sur cette photo. Vous l'aurez compris, c'est la flamme olympique ! Même le président israélien ne bénéficiait pas d'une telle protection. En trois mots, c'est ridicule, et je ne vois pas ce que la France a été faire dans cette galère grotesque. (image via Novopress)



samedi 5 avril 2008

Le groupe Le Monde vend la Procure après l'avoir démantelé

Selon l'agence AP :

Le groupe entend aussi vendre les entités "déficitaires ou non stratégiques" (Fleurus Presse, Editions de l'Etoile, Danser, La Procure), "moderniser les systèmes (rédaction, gestion, abonnements) afin de mutualiser les coûts et simplifier les structures" et "revisiter les implantations immobilières", c'est à dire l'éventuel regroupement de sites.

Voilà ce que j'écrivais à ce sujet il y a peu, évoquant la vente du patrimoine immobilier de cette chaîne de librairies "catho de gauche" :

(...) en bons capitalistes financiers, les administrateurs du Monde ont voulu tirer le maximum de leur investissement : le patrimoine immobilier de la Procure a ainsi été externalisé. La Procure se retrouve ainsi locataire là où elle était propriétaire, y compris rue de Mézières, son vaisseau amiral, ancienne "Procure Générale du Clergé".

Revendu, le réseau de librairie serait ainsi fragilisé financièrement, contraint de payer d'importants loyers et limité dans sa capacité d'endettement et donc d'investissement par cette importante réduction de bilan.

Il est singulier de voir le Monde, tellement moraliste en particulier à l'encontre du "capitalisme financier", se comporter comme le dernier des "raiders". Si la vente de la Procure devait s'effectuer dans les prochaines années, l'opération se réduirait ainsi à un aller-retour avec "vente par appartement". A l'image des pratiques de ces financiers anglo-américains honnis des années 80 qui inspirèrent une production littéraire et cinématographique abondante.


vendredi 4 avril 2008

"et si l'Europe ne devait pas ses savoirs à l'islam ?"

Ce n'est pas moi qui le dis. C'est le titre d'un article du monde portant sur un livre de Sylvain Gouguenheim

D'ARISTOTE AU MONT SAINT-MICHEL. LES RACINES GRECQUES DE L'EUROPE CHRÉTIENNE - Seuil, "L'Univers historique", 282 p., 21 €.

Je me permets de vous livrer l'article tel quel : (Merci Sampieru pour l'info)

Etonnante rectification des préjugés de l'heure, ce travail de Sylvain Gouguenheim va susciter débats et polémiques. Son thème : la filiation culturelle monde occidental-monde musulman. Sur ce sujet, les enjeux idéologiques et politiques pèsent lourd. Or cet universitaire des plus sérieux, professeur d'histoire médiévale à l'Ecole normale supérieure de Lyon, met à mal une série de convictions devenues dominantes. Ces dernières décennies, en suivant notamment Alain de Libera ou Mohammed Arkoun, Edward Saïd ou le Conseil de l'Europe, on aurait fait fausse route sur la part de l'islam dans l'histoire de la culture européenne.

Que croyons-nous donc ? En résumé, ceci : le savoir grec antique - philosophie, médecine, mathématique, astronomie -, après avoir tout à fait disparu d'Europe, a trouvé refuge dans le monde musulman, qui l'a traduit en arabe, l'a accueilli et prolongé, avant de le transmettre finalement à l'Occident, permettant ainsi sa renaissance, puis l'expansion soudaine de la culture européenne. Selon Sylvain Gouguenheim, cette vulgate n'est qu'un tissu d'erreurs, de vérités déformées, de données partielles ou partiales. Il désire en corriger, point par point, les aspects inexacts ou excessifs.

(Lire la suite...)

jeudi 3 avril 2008

Préférer la musique classique au "boitier anti-jeune"

Levée de bouclier médiatique autour de l'apparition en France du boitier Beethoven, qui porte bien mal son nom, destiné à éloigner les bandes par l'émission de fréquences sonores perçues principalement par les jeunes. Il fallait s'y attendre, Mme Boutin - toujours aussi illisible au demeurant, a vivement réagi. Ce système, bien que répondant à un légitime besoin de tranquillité, n'a probablement pas d'avenir : il est en effet discriminatoire au sens de la loi puisqu'il vise un groupe d'individus en particulier.

Il conviendrait de lui préférer la simple diffusion d'un fond musical classique. Plusieurs études ont démontré que cela éloignait les bandes de "jeunes". J'ai moi même testé avec succès que la diffusion d'un bon divertissement baroque éloignait avec succès les glandeurs, mais aussi les fumeurs. Autre avantage, il offre au "jeune" la possibilité d'une rédemption, pour ainsi dire : touché par la grâce, il découvrira la beauté du monde, et sera plus aimable avec son voisin. Alleluia !