. . . . . . . . . . . . un blog conservateur parmi tant d'autres . . . . . . . . . . .

dimanche 24 août 2008

Les protestants, des "chrétiens présentables" ?

Notre protestantisme historique a perdu sa substance. Nous nous sommes laissés instrumentaliser. On nous a demandé d’être des chrétiens présentables, moins ringards que les cathos, qui soient pour la contraception, l’avortement, le préservatif. Nous sommes devenus le faire-valoir de la pensée unique, la bonne conscience du christianisme. Avec notre « liberté éthique », nous avons cautionné le dogme du laxisme ambiant. C’est pitoyable, même si les protestants adorent être cette élite qui pense juste.

Le protestantisme est devenu sociologique. On a gardé la culture, mais pas la sève. Je rencontre des jeunes qui me disent : je suis protestant, mais pas chrétien. Nos cultes sont intellos — ou croient l’être, ce qui est pire.

Notre problème est notre rapport à la Bible : l’approche critique des textes est devenue un dogme. La Bible n’a plus d’autorité. Une lecture spirituelle de la Bible est désormais entachée de soupçon. On a opposé, à tort, lecture savante et lecture pieuse de la Bible. Nos pasteurs, formés à cette lecture savante, ont oublié le Saint-Esprit. L’enjeu est clair : soit on veut continuer le ministère de Jésus, soit on devient les gentils gestionnaires d’un lobby bien vu de tous.

Gilles Boucomont, pasteur de la paroisse réformée du Marais à Paris, dans la Vie, octobre 2005 (source)

Gardons-nous, nous autres catholiques, de devenir des critiques intellectualisants. La croyance, pour ceux qui ont la chance de bénéficier de ce don, est à la fois plus solide et plus légitime que le froid raisonnement intellectuel.

(salutations amicales à nos lecteurs protestants)


mercredi 20 août 2008

L'illusion bouddhiste

Derrière l’éternel sourire de façade du dalaï-lama qui prône le dialogue entre les religions, se cache en réalité un chef temporel et spirituel intransigeant qui n’hésite pas, par exemple, à exclure violemment les pratiquants de Dordjé Shougdèn de la communauté bouddhiste tibétaine, et interdire une pratique pourtant ancestrale.

La suite de l'article passionant et très informé de Zacharias à lire chez Mme des Charbinières


samedi 16 août 2008

L'insulte française à Soljenitsyne

Je lis dans Valeurs Actuelles que, non seulement aucun membre du gouvernement français n'a assisté aux obsèques de l'intellectuel et écrivain russe, ce que l'on savait déjà, mais également que la France était le seul pays européen qui n'était pas représenté par son ambassadeur, mais par un "un chargé d'affaires".

Quel pays de cons ... Quel mérite et quelle dignité y a-t-il à exercer le pouvoir si ce n'est qu'en tant que laquais soumis aux lobbies et aux médias ? La queue remuée par le chien a plus d'autonomie et de liberté d'opinion que nos politiciens ...


jeudi 14 août 2008

L'Europe s'effondre ...

Rien à voir avec le naufrage du "soft power" en Géorgie, c'est du parlement de Strasbourg dont il s'agit.
 

via les Epées
 

mardi 12 août 2008

N'allez pas voir Wall-E ...

Si vous ne supportez pas la voix de Pascale Clark, qui constitue pour tout affranchi le cauchemar incarné de La Voix diffusée en boucles dans les camps de rééducation progressistes, n'allez pas voir le nouveau Pixar. La "voix off", c'est en effet celle de la kapo-rééducatrice sado-maso-engagée. Tout rapport avec la réalité est évidemment purement fortuit :

"Alors le problème – le malaise – tout au long de ce film, c’est la voix off. La voix de l’ordinateur central. Une voix douceâtre, pédagogique, et qui ne cesse de mentir aux derniers survivants de l’espèce humaine. Pour leur bien. Une voix familière. Mais qui ? Voyons voir… Le générique de fin défile et indique : Sigourney Weaver pour la version anglophone. Nous voilà bien renseignés. Lumières allumées et salle vidée, il faut attendre les toutes dernières lignes pour découvrir le pot au rose : cette voix, celle du robot central, qui endort et berne son monde d’un ton d’évidence monocorde, appartient à… Pascale Clark." (Causeur)

Cultural GangBang

dimanche 10 août 2008

Le curieux culte du Dalai Lama

La controverse continue, sous l'oeil exigeant des engagés de tous poils, qui attendent que le président de la France ignore les intérêts économiques et politiques du pays et se comporte comme un écervelé impoli au nom d'un diktat médiatique des "droits de l'homme".

En attendant, le culte du Dalai Lama me fascine, en particulier lorsqu'il agite des laïcistes enragés, dans les médias comme dans les milieux intellectuels ou artistiques. Voir ceux qui reprochent à l'Eglise ses modestes et timides engagements sur les sujets de société, prendre fait et cause pour un théocrate, un homme qui cumule pouvoir politique (potentiel) et pouvoir religieux, voilà qui est rien moins que fascinant. A la grande époque, il n'y a pas si longtemps d'ailleurs, le Tibet était une théocratie comme l'Europe n'a jamais osé l'être. Ce n'était pas sous la férule barbue des mollahs, ni sous la crosse dorée des abbés, mais sous le règne des Dalai Lamas.


mercredi 6 août 2008

Mélenchon sur la mort du grand Soljenitsyne

Lu sur son blog, via Ilys

Devant le flot de pieuses pensées émues que le décès de l’inepte griot de l’anti communisme officiel va déclencher il faut rester de marbre.Il faut maintenir un coin d’insolence. Je dis que le départ de Soljenitsyne ne manquera pas à la pensée de notre temps. Soljenitsyne était une baderne passéiste absurde et pontifiante, machiste, homophobe, et confis en bigoteries nostalgiques de la grande Russie féodale et croyante. Je n’oublie pas. Je ne pardonne pas.C’était un perroquet utile de la propagande «occidentale». Utile car au contraire de tous ceux qui avaient dénoncé avant lui le goulag et les camps staliniens, Soljenitsyne était une voix de droite parmi les plus réactionnaire. Les textes de Christian Rakovski et combien d’autres (oserais je mentionner Léon Trotski ?) ne reçurent ni prix Nobel, ni grasses subventions, ni hébergement fastueux, ni aucun des colifichets dorés dont Soljenitsyne fut gorgé comme une bête de commémorations anti progressiste mise à l’engrais. Ces lignes sont dédiées à leur mémoire.

Odieuse rengaine macérée longuement dans les caves sombres du non-dit intime, dévoilant la vraie nature du coco qui sommeille en tant d'affranchis désormais "fréquentables" car encartés au Parti international-Socialiste. Repose en paix, Alexandre Issaïevitch !

Sur le Web, son compte est bon. La machine à propagande, celle qui alimente les devoirs de nos petites têtes blondes métis, a rendu son verdict. Wikipedia consacre à la "l'engagement controversé" plus de lignes qu'à l'analyse de l'oeuvre.

Alors, rétablissons donc la vérité : Soljenitsyne n'a pas simplement dénoncé les crimes du stalinisme, il a dénoncé les crimes du communisme, ceux que ce régime pervers contient naturellement. Le communisme est contraire à la nature humaine, il se heurte donc tôt ou tard à la nécessité de l'altérer, de la réprimer, de la contraindre socialement, physiquement, politiquement. Nos hommes politiques n'ont pas osé prononcé le mot de communisme, "terreur soviétique", "terreur stalinienne" remplacent le mot tabou. Bref, ceux qui nous dirigent ne sont pas les maîtres, mais les sujets, les chiens-chiens dociles qui n'oseraient jamais aboyer à plus de trois mètres de leur niche.



mardi 5 août 2008

Section F : Le Service Secret Britannique d'Action (SOE)

Des Anglais dans la Résistance : Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944 Des Anglais dans la Résistance : Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944
Michael Richard Daniell Foot

Ce livre était depuis des années interdit de diffusion en langue française, il était traduit depuis 40 ans mais censuré. Pourquoi ? Parce qu'il écorne l'image complaisante que l'on entretient sur la Résistance franco-française. Parce qu'il constitue l'un des principaux réseau non-gaulliste,...et c'est bien connu hormi les braves FTP et monsieur Moulin, il n'y a rien. Allez, remisez votre partition du chant des partisans, pour un God save the Queen.

Sur le même sujet je tiens à vous signaler que les mémoires d'Henry Frenay "La nuit finira" ont été republié en 2007

Lire aussi ma recommandation passée : Simon Epstein, un paradoxe français : antiracistes dans la collaboration, antisémites dans la résistance.
[commander Des Anglais dans la Résistance : Le Service Secret Britannique d'Action sur amazon.fr]

lundi 4 août 2008

RIP Alexandre Soljenitsyne

1918 - 2008

Il nous a quitté, le héros de la liberté, un des grands artistes du XX ème siècle, un de ceux qui risqua effectivement sa vie pour dénoncer ce qui se passait sous ses fenêtres ... à mille lieues de nos "artistes engagés" dont l'engagement est proportionnel au cachet et à la distance les séparant de l'ennemi.

Dans les familles anti-communistes comme la mienne, les livres du maître avaient leur place dans la bibliothèque. Nous étions les "anti-communistes primaires et viscéraux", les ringards, les vieux-cons, les réacs. 50 ans après, alors qu'il est évident que c'était notre camp qui avait raison, et à 100%, on attend toujours la repentance et les excuses des "élites françaises". C'est pourquoi je propose que la station de métro Stalingrad soit rebaptisée Alexandre Soljenitsyne.

Ajoutons une petite note : le grand homme aura la chance infinie d'être enterré dans un monastère (orthodoxe) de Moscou, sous la protection des prières des moines. Cela se pratiquait en France, dans le temps. N'est-ce pas mille fois plus beau que de finir dans un parking à cadavres ?


vendredi 1 août 2008

France (In)culture avec Frédéric Mitterrand

Sur cette notre radio culturelle publique nationale, Frédéric Mitterrand interroge Michel Piccoli qui se vante d'avoir inauguré en France la pièce de théatre "le Vicaire"

Michel Piccoli : "une pièce qui parle du comportement de Pie XII pendant la guerre".

Frédéric Mitterrand : "Et c'est la première fois qu'on en parlait"

MP : "Qu'on osait en parler !"

Elle est belle notre élite culturelle ! Dommage, car Frédéric Mitterrand peut être bien meilleur. Son athéisme revendiqué haut et fort le pousse ici à la faute par paresse intellectuelle, autant peut être que par malhonnêteté. Rien de pire que ceux qui ne VEULENT PAS savoir.

Quelques éléments pour leur rafraîchir la mémoire.

http://leconservateur.bafweb.com/index.php?2008/06/19/1421-des-survivants-juifs-de-l-holocauste-remercient-benoit-xvi-et-l-eglise-catholique

http://leconservateur.blogmilitant.com/index.php?post/2006/02/20/pourquoi-nous-avons-publie-la-guerre-de-pie-par-william-doino-jr

http://leconservateur.bafweb.com/index.php?2006/09/22/175-le-carnet-de-bord-d-un-collaborateur-de-pie-xi-montre-son-opposition-au-fascisme-et-aux-lois-anti-juives