. . . . . . . . . . . . un blog conservateur parmi tant d'autres . . . . . . . . . . .

mardi 31 mars 2009

La Religion Citoyenne Universelle, synthèse de l'athéisme occidental et de l'islam


Balayées les anciennes croyances, les vieux cultes à mystère. Les basiliques glaciales, privées d'un culte digne, ne retentissent plus que de prêches vides de sens, et de chansonnettes poussées sans conviction par une assemblée vieillissante. Place à la Religion Citoyenne Universelle. C'est le culte qu'il faut à notre temps !! Autoritaire, totalitaire, mais bienveillant, comme les anciens dieux. Il fera votre Bien ... contre votre gré.

Soft-Power

Bien évidemment, cette religion n'est pas constituée. Elle est un spectre omniprésent. Dépassé, le Vatican et sa structure pyramidale. Ses 1,1 milliards d'ouailles ne font pas le poids face aux réseaux informels qui forment la matrice de la Religion Citoyenne Universelle. Sa seule matérialité est dans les discours, et je devrais dire dans "Le Discours", ou la Doxa, lancinante petite musique répétée en boucle qui s'infiltre dans tous les jugements, s'invite dans toutes les familles, se glisse telle une ombre entre les amis, les proches, pose une main squelettique sur les épaules des présentateurs de télévision, ou les profs encartés.

La Religion Citoyenne Universelle définit le discours ambiant, la "bien pensance", elle maîtrise tous les canaux d'informations ou presque. Elle ne supporte aucun contre-pouvoir, qu'elle discrédite par les méthodes classiques du mensonge, de la dénonciation citoyenne, de l'empire de l'émotion sur la raison. Le lynchage de Benoit XVI est en une illustration parfaite : inutile qu'une grande loge émette une opinion normative : mille petits soldats zélés et animés du même élan se chargent de la dénonciation, de l'invective, de la condamnation. Jouant sur les slogans simplistes, elle utilise le pouvoir de l'image sur la raison. Que peut bien faire la raison face à la pornographie émotionnelle, cet impératif d'empathie dont les victimes médiatiques sont, comme par hasard, choisies très précisément. L'enfant serbe expulsé de son village, aux parents assassinés sera enterré une deuxième fois, pendant qu'on exige du spectateur une larme pour le-gentil-couple-gay-qui-ne-peut-pas-adopter. Piliers de l'occident, la croyance dans la Raison, et le rôle de l'écrit, sont foutus à la porte de nos écoles, de nos médias, de la Cité, au nom de l'image racoleuse, du slogan populo-progressiste.

Convergence avec l'islam

La Religion Citoyenne Universelle n'est pas une conséquence de l'islam, elle ne s'appuie pas sur ses textes, elle n'en reconnait pas le Dieu, mais elle en partage en revanche l'idée fondamentale : les hommes sont d'éternels enfants immatures, des "mineurs". Le libre arbitre n'a plus sa place, dans un monde où les conséquences de nos actes sont épiées, observées, analysées par des bataillons d'économistes, d'environnementalistes, de médecins hygiénistes. L'homme moderne est éclairé par des projecteurs géants et inquisiteurs comme une souris clouée à une planche de liège, le ventre ouvert. Il faut encadrer nos actions et nos opinions par la loi, ou par d'omniprésents impératifs citoyens. C'est le rôle dévolu à la Religion Citoyenne Universelle, productrice de discours, qui les diffuse et assure la mise à l'écart des contrevenants par l'opprobre publique sous sa forme la plus basique redoutablement efficace : la reductio ad hitlerum. Benoit XVI ? Un nazi, d'ailleurs il est allemand. Les opposants au réchauffement climatique ? Des fachos. Vous connaissez le refrain, à vous de composez la chansonnette.

L'islam procède de la même idée fondamentale : le libre arbitre humain n'a pas sa place. Toute la vie du croyant, toutes les étapes de sa journée sont régies par une longue liste d'interdictions / autorisations - la distinction haram / halal. L'homme, enfant incapable de choix rationnels, est ainsi encadré comme dans un troupeau. Réputé vicieux par nature, il est présumé coupable. Le voile, par exemple, prison pour la femme, est aussi insulte pour l'homme, dont le regard ou le désir sont forcément mauvais. La réussite de l'islam dans le monde oriental est inscrite dans l'histoire collective de ses terres anciennes : l'Orient, celui du Grand Roi de la Perse, a été de tout temps une gigantesque pyramide d'esclaves, l'islam n'a fait que se glisser dans ses habits prêt-à-porter.

Divergence avec le christianisme

On ne peut imaginer une opposition plus fondamentale, plus essentielle avec le christianisme, qui partagerait le "même Dieu et le même objectif" que l'islam si l'on croit le discours relativiste de nombreux prélats catholiques sous influences. Certes le christianisme connait son lot d'interdits, d'injonctions morales. Historiquement, ces injonctions catholiques n'ont pas connu la force des interdictions islamiques. De tout temps le christianisme a du composer avec un solide fonds de paganisme, de traditions populaires, de coutumes locales. Combien de bulles papales sont restées lettres mortes ! (*). L'interdit chrétien est soumis d'emblée à deux lois éternelles en occident : la séparation du temporel et du religieux, et l'existence d'hommes libres. L' "Homme libre", chose impensable dans l'orient ancien, voire dans l'orient moderne islamisé ! De tout temps, pourtant, des hommes libres existèrent en Europe, définis juridiquement dans le monde germanique - faut-il rappeler que FRANC veut dire homme libre, c'est sous l'habit du citoyen qu'ils existaient dans le monde grec et romain. Ils étaient soumis à ce titre à de nombreux devoirs, car rien n'est plus étranger à la notion antique d'homme libre que l'individu moderne hédoniste, égotiste et échangiste (au sens de pion d'une économie d'échanges affectifs, sociaux et économiques). Mais le Salut chrétien est un choix individuel, reposant sur le libre arbitre. Quelle différence avec l'islam. Et quel anti-modernisme !

Divergence avec l'islam

Si la Religion Citoyenne Universelle partage avec l'islam la tendance totalitaire (ou soft-totalitaire), elle s'en distingue par trois points fondamentaux, liés à son origine occidentale. Pour reprendre une grille de lecture classique de l'occident, celui-ci se distingue d'autres civilisations par le rôle de la femme et par la séparation temporel / spirituel qui exista de tout temps - y compris aux temps les plus "sombres" (SIC) du christianisme contrairement au discours révisionniste courant. Ces deux piliers ne sont pas compatibles avec l'islam. Si la place de la femme peut être "améliorée" dans un "islam réformé", la séparation des pouvoirs détruirait le cœur même de cette religion. La troisième divergence, évidemment, porte sur l'existence de Dieu. La Religion Citoyenne Universelle ne croit pas en Dieu, est-il nécessaire de le souligner. Artefact débile du monde ancien, Dieu, et ses types ou sous-manifestations diverses, n'est plus qu'une curiosité de bazar, un truc pour touristes, toléré à la condition impérative d'accepter le présupposé relativiste : toutes les "religions" sont équivalentes, et aucune ne peut revendiquer une Vérité universelle - et pour cause, seule la Religion Citoyenne est universelle !

Victoire paradoxale de l'athéisme

La Religion Citoyenne Universelle est athée, c'est entendu. Mais voila une victoire bien paradoxale pour l'athéisme : la séparation radicale du temporel et du spirituel a bien été réalisée, par la destruction du spirituel. Si la révolution abattit des milliers d'églises et d'abbayes, noya ou massacra à coup de piques des charettes de moines ou de simples croyants, c'est dans le cœur des gens que l'athéisme moderne mène la guerre. Un catholique français sur deux ne croirait pas en la Résurrection, paraît-il. Plus fort que les pontons de Rochefort ou que les murs éclaboussés de sang de la prison parisienne de la Force ! C'est la victoire radicale : maintenir le petit théâtre religieux du dimanche matin, vidé de sens et de croyance, qui devient même une caisse de résonance des impératifs citoyens d'écologie, de sexualité décomplexée, de condamnation des revendications identitaires !! Mais la victoire de l'athéisme est amère. Cette information n'est pas encore parvenue au cerveau de ses adeptes : l'athéisme vainqueur du spirituel a enfanté d'un monstre : le super-temporel qui prétend se glisser dans les habits du premier, reprendre à son compte les injonctions moralistes , la définition normative du Bien et du Mal, la soumission de la Liberté à un prétendu Salut citoyen (ou "public" pour reprendre une vieille terminologie bien française qui sent bon le charnier).

Car la Religion Citoyenne Universelle est bien une religion, et non une philosophie. Ses croyances, le culte de l'Hygiénisme, du Métissage, de l'Ecologie contre l'homme, de la Famille-non-biologique, donc plus fragile, et de son corollaire, l'individu isolé privé de toute capacité de défense face au groupe, tout cela ne cohabite pas avec la Raison. Elle ne s'embarrasse même plus de démonstrations, ne règne plus que par injonctions, anathèmes, dénonciations. Régis Debray, dans son dernier livre, évoque la religion civique américaine qui fonde cette nation et n'a plus grand chose à voir avec le Dieu des chrétiens, pour rebondir sur la France, dont la République échoua, selon lui, à établir une religion civile de remplacement. C'est par le vent du large, nous renvoyant à la figure les revendications contradictoires enfantées par la Révolution, que nous revient cette folie, plus forte que l'Etat, plus forte que nos politiques réduits à des perroquets.

Croyez, citoyens, ou soyez maudits !!


(*) comme telle bulle dénonçant les "poulaines", ces chaussures médiévales démesurées, qui provoqua l'hilarité de l'Europe


mercredi 25 mars 2009

Les réformes ratées du président Sarkozy

Connaissez vous l'émission "La rumeur du monde" sur France Culture, dirigée par Jean-Marie Colombani et Jean-Claude Casanova ? C'est une des meilleures émissions que l'on puisse entendre actuellement à la radio (samedi 12h45 - 13h30).

L'émission du 21 mars est l'un des réquisitoires les plus violents et pertinents sur le bilan de Sarkozy. L'invité, Pierre Cahuc, professeur d'économie à Paris I et à Polytechnique (*), vient de publier avec André Zylberberg, "Les réformes ratées du président Sarkozy" (Flammarion, 2009)

Podcast : lien XML à installer dans Itunes. A télécharger avant samedi 28.

Je ne peux que vous exhorter à écouter cette émission. Au tribunal de l'analyse économique, avec un recul désormais assez important sur la méthode Sarkozy et le bilan de ces réformes, rien ne résiste. Lorsque les projecteurs des conférences de presse s'éteignent, non seulement les problèmes n'ont pas été réglés en profondeur, mais les réformes tendent à aggraver les déséquilibres.

" La plupart des réformes du sarkozysme rendent l'Etat moins efficace et plus dépensier "

Les auteurs prennent l'exemple de l'emblématique "réforme des régimes spéciaux", élément clé de la mythologie sarkozyenne. Non seulement, aucune économie réelle n'a été réalisée, mais on assiste même, par l'attribution de nombreuses compensations, à l'émergence de nouveaux régimes spéciaux parallèles encore plus coûteux. " Les calculs n'ont pas été fait sciemment ".

Plus grave encore, pour les économistes : c'est la méthode Sarkozy elle-même qui mène à l'échec : la multiplication des chantiers, destinée à empêcher la cristallisation du mécontentement (du type CPE) s'accompagne de très fréquentes reculades systématiquement accompagnées de compensations qui entrainent une augmentation des dépenses et des inégalités toujours dans le sens des revendications syndicales ou corporatistes (type grande distribution).

La droite sarkozyste "rate une occasion de réforme historique, par exemple sur le plan du marché du travail, c'est une catastrophe". Trahis, une fois de plus, les électeurs de droite, éternels dindons de la tragi-comédie française.

Commentaire personnel : ll existe un déséquilibre structurel de notre démocratie en faveur de la gauche, en raison de la violence syndicale et de la main mise de l'extrême gauche dans les médias. (je cite une spécialiste des médias membre de l'académie des sciences morales et politiques : "80% des journalistes sont d'extrême gauche"). Quand prendra-t-on enfin conscience de celà ?

(*) actuellement détaché à l'INSEE, il est membre de l'Institut universitaire de France et du Cercle des économistes ; il participe au Conseil des comptes économiques de la nation.



lundi 23 mars 2009

Préservatif et Sida : les données scientifiques donnent raison au pape

" Nous n'avons trouvé aucun lien entre l'utilisation de préservatifs et la réduction du taux de contamination, ce qui, pourtant, devrait se voir après 25 ans de pandémie, si cela fonctionnait. " (*)

Encore un catholique d'extrême-drouâââte ? Vous n'y êtes pas. C'est Edward C. Green, directeur du Projet de recherche de prévention contre le Sida à l' Harvard Center for Population and Development Studies, qui parle.
 
" Le pape a raison, ou, dit autrement, les preuves scientifiques vont dans le sens des commentaires du pape." " Les préservatifs n'ont pas prouvé leur efficacité au niveau d'une population entière. " (**)

" Il y a, ajoute Green, une corrélation montrée par nos meilleures études, y compris l' étude de santé démographique financée par les Etats-Unis, entre la facilité de se procurer et d'utiliser un préservatif, et une augmentation des taux d'infection au HIV. Cela pourrait être du en partie à un phénomène de "compensation du risque", ce qui veut dire que lorsqu'on dispose d'une technologie de réduction du risque comme le préservatif, on en réduit le bénéfice par compensation, avec des comportements que l'on n'aurait pas sans cette technologie de réduction du risque" (***)

Autrement dit un vagabondage sexuel accru, plus de partenaires et de comportements à risque, parce que l'on se repose uniquement sur son morceau de plastique qui donne une sensation de fausse sécurité.
 
Et Green d'ajouter : " J'ai aussi remarqué que le pape a prôné la monogamie comme la meilleure réponse au problème du Sida africain, plutôt que l'abstinence. Les meilleures données empiriques dont nous disposons montrent que la réduction de l'activité sexuelle multi-partenaire est le changement de comportement le plus efficace en terme de réduction du taux d'infection au VIH. (l'autre comportement le plus efficace étant la circoncision masculine). " (****)
 
Donc, les opposants du pape qui se prétendent "éclairés" mélangent en réalité la rationalité froide qu'exige la lutte contre le développement d'une maladie, et un dogme qu'ils refusent à tout prix d'abandonner, cette idée que "le préservatif baise le sida". Une idée fausse qui s'apparente à une croyance. Face à eux, le pape ne s'appuie même sur des textes religieux, son discours n'est qu'un discours de bon sens fondé sur l'observation de la nature humaine. C'est le comportement et le discours du pape qui est le plus proche de la méthode scientifique, alors que ses opposants, adorateurs d'un morceau de plastique, sont dans une croyance quasi-religieuse. Qui donc est dans l'arriération rétrograde ?
 
source National Review
 
(*) " We have found no consistent associations between condom use and lower HIV-infection rates, which, 25 years into the pandemic, we should be seeing if this intervention was working. "
 
(**) " The pope is correct," Green told National Review Online Wednesday, " or put it a better way, the best evidence we have supports the pope’s comments. He stresses that “condoms have been proven to not be effective at the ‘level of population. "
 
(**) “There is,” Green adds, “a consistent association shown by our best studies, including the U.S.-funded ‘Demographic Health Surveys,’ between greater availability and use of condoms and higher (not lower) HIV-infection rates. This may be due in part to a phenomenon known as risk compensation, meaning that when one uses a risk-reduction ‘technology’ such as condoms, one often loses the benefit (reduction in risk) by ‘compensating’ or taking greater chances than one would take without the risk-reduction technology.”
 
(***) Green added: “I also noticed that the pope said ‘monogamy’ was the best single answer to African AIDS, rather than ‘abstinence.’ The best and latest empirical evidence indeed shows that reduction in multiple and concurrent sexual partners is the most important single behavior change associated with reduction in HIV-infection rates (the other major factor is male circumcision).”
 

jeudi 19 mars 2009

La campagne anti-catholique continuera ...

tant que les cathos collaboreront : voteront pour les partis politiques qui les insultent, liront la presse qui les insultent (y compris le Figaro) et regarderons les chaines de télé qui les insultent ...

Avant d'accuser les autres ou de déplorer "tant de haine", apprenons à faire le ménage chez nous, ou taisons-nous ...


Juppé et le pape : un cas d'école de la "crétinempathie"

Vous avez tous lu les propos aberrants d'Alain Juppé, ex-meilleur d'entre nous, sur notre bon Benoit XVI. Au delà de l'intolérance manifeste de ses propos, on constate surtout une absence de réflexion navrante. Juppé ignore de quoi il parle et il mélange tout. Les évêques tradi n'ont pas été réintégrés, et l'excommunication brésilienne n'a pas été décrétée par Benoit XVI. Quant aux propos sur la capotte, sortis de leur contexte, il ne veulent plus rien dire.

Mr. Juppé illustre à merveille ce que j'appelerais la "crétinempathie". Par là j'entends le passage de l'intelligence à l'émotion, qui oublie l'intelligence au placard. Réputé très intelligent, ce dont je ne doute pas, mais froid comme un sarcophage, l'ancien PM n'a retenu de sa cure au Canada que l'idée qu'il fallait étaler son empathie et son humanité à la truelle sans même s'embarrasser d'une petite minute de maturation au cerveau.

C'est la conséquence de la "démocratie à la TF1". Tous nos voeux d'avoir des dirigeants proches, humains, et solidaires de toutes nos émotions sont exaucés. En fait, nous n'avons plus que ça ! Nos politiciens contemporains sont des acteurs. Leur empathie déborde, s'étale partout, et cette exigence d'humanité envahit toute la société : peu importe que les patrons, les docteurs, les papes soient compétents, on veut surtout qu'ils nous comprennent, qu'ils nous aiment, qu'ils nous encouragent. A la poubelle, tous leurs beaux diplômes, leur CV, c'est leur sourire, leur main collante est leur compétence. Leurs larmes symbolisent les nôtres. Ce sont les intercesseurs modernes, qui nous relient ensemble et au monde de l'invisible. Et nous n'avons plus que ça : obsédé par la satisfaction des revendications individuelles, nos gouvernants ne sont plus que d'hypocrites machines à sourire, comme l'est devenu la caricature Juppé 2.0, qui oublie manifestement de réfléchir. Le pauvre croit avoir compris que pour être aimé, il fallait en faire des tonnes, quitte à tomber dans l'excès le plus pathétique. Et finalement, il ne sera plus ni l'un ni l'autre : toujours impopulaire, et déconsidéré intellectuellement ...

Pour ma part, et dusse-je être le dernier, je préfère un médecin qui saura me soigner plutôt qu'un consultant médical qui saura m'annoncer ma maladie avec humanité selon les préceptes appris à son cours de théatre. Le sourire, c'est la cerise sur le gâteau.


mercredi 18 mars 2009

Benoit XVI, le Sida, l'Afrique

Ouh le vilain pape, il a osé ! Encore un qui refuse de servir d'apôtre du vagabondage sexuel, et de transformer l'Eglise catholique en annexe du ministère de la santé. Quand on sait les revirements majeurs dans les recommandations sanitaires ou diététiques d'une décennie sur l'autre, encore heureux ! Pour ma part, je pense évidemment que si quelqu'un ne peut pas se retenir, il ferait mieux d'attraper un plastique, mais cela n'est vrai que dans un contexte de confort et d'éducation occidental, et ne constitue qu'un pis-aller, un acte honteux de dépendance.

Soyons bref sur ce sujet archi-débattu mais avec les réflexes de pavlov habituels :

  • en Afrique, c'est dans les pays animistes que le sida progresse le plus vite, les pays catholiques sont parmi les "meilleurs élèves", si j'ose dire
  • en Afrique, plus que partout ailleurs, on a pas toujours un distributeur de préservatifs au "moment requis" ... à moins de retarder le moment en question par un minimum de discipline. la névrose occidentale de la baise-minute où-tu-veux-quand-tu-veux n'est pas transposable en Afrique. Et d'ailleurs le discours hygiéniste ne fonctionne déjà pas très bien en Europe, où l'on constate "une baisse de la protection chez les jeunes" malgré un discours omniprésent depuis la plus tendre enfance.
  • à moins de considérer les africains comme des crétins, pourquoi comprendraient-ils la première partie de la phrase suivante et pas la seconde : "ne vous reposez pas sur le préservatif, préférez l'abstinence". réservons donc ce jugement gentiment paternaliste ... aux progressistes, descendants en droite ligne des colonisateurs de la troisième république laïque.

Faut-il rappeler également qu'un malade sur deux du sida dans le monde est soigné par une institution dépendant directement ou non de l'Eglise ? Tout ça pour souligner que l'Eglise saigne et pleure pour les malades du Sida, contrairement au message fondamental de la propagande anti-catholique.

Et puis surtout, allez lire cet excellent billet de Woland, qui aborde la question sous un angle assez peu fréquent : les raisons culturelles et pratiques qui rendent le préservatif bien peu efficace en Afrique, contrairement aux discours des bien pensants et des soi-disants amis de l'Afrique qui ne font en réalité que vendre "the western way of life".


mardi 17 mars 2009

Le patrimoine des français a doublé en trente ans.

Selon la dernière étude Insee. Merci le capitalisme financier !

En face de ça, quel bilan peut aligner Besancenot et ses gros bras ?


jeudi 12 mars 2009

Soljenitsyne : prophète ou réactionnaire ? Mélenchon, Zemmour et Colosimo sont sur un plateau


Emission le Grand Débat. Galia Ackerman, Zemmour qui n'en place pas une, Mélenchon qui se fait tailler en pièce par Jean-François Colosimo qui fait la leçon et quelle leçon! Calez-vous dans votre fauteuil, tendez-bien l'oreille, vous en avez pour une heure....
 



 

Vidéo 1/3, cliquez sur le lien ci-dessous pour la suite. Attention la vidéo 2/3 attaque fort. (F)


 

(Lire la suite...)

samedi 7 mars 2009

Janvier 2009 : le mois de janvier le plus froid depuis 20 ans

Par ailleurs, l'hiver 2008-2009 se situe au troisième rang des hivers les plus froids depuis 20 ans. Il est significatif de noter que parmi ces trois hivers les plus froid, deux ont eu lieu dans les 4 dernières années, contredisant l'idée d'une accélération du réchauffement climatique en Europe.

Certes un épisode climatique ne suffit pas à faire une tendance, mais comme la théorie du réchauffement climatique anthropogénique catastrophique repose au mieux sur quelques décennies d'observation, et que ses partisans n'hésitent jamais à fonder leurs prédictions apocalyptiques sur des épisodes isolés comme la canicule de 2003 ou l'ouragan Bush-Katrina, allons y gaiement.

source chiffres : météo france